Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, Barnes utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Actualités de l'immobilier de prestige

Posté le 06 Mars 2018

Le logement neuf séduit mais les prix restent élevés

Show detail

INFOGRAPHIE - La vente de logements neufs a progressé de près de 6% en 2017 par rapport à 2016, malgré une hausse d’environ 2% des prix. Les promoteurs immobiliers réclament au gouvernement une baisse de la fiscalité.

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a livré le bilan de l’année 2017 et dressé les perspectives 2018. Avec 157.827 ventes de logements neufs réalisées l’an dernier, la demande est restée forte, augmentant de 5,9% par rapport à 2016 pour retrouver les niveaux d’avant crise, d’il y a 10 ans. Les succès des dispositifs Pinel et PTZ, l’attractivité des taux de crédit, le retour de la confiance expliquent en grande partie ces bons résultats. «Ces 157.827 nouveaux logements représentent un toit pour autant de ménages, soit près de 360 000 personnes», se réjouit Alexandra François Cuxac, présidente de la FPI. Cependant, cette croissance est à nuancer car si la demande des ménages est forte (118.000 logements neufs vendus aux particuliers), elle a stagné en 2017 (+1,1%), tandis qu’augmentaient parallèlement les ventes en bloc de logements sociaux aux organismes HLM (+ 30,5% à 34.306).


Les prix des logements neufs augmentent quasiment partout

Si le dispositif Pinel a rencontré un franc succès auprès des investisseurs privés (avec une part de 54% contre 40% en 2013 au moment du Duflot), la vente aux propriétaires occupants est en recul dans la plupart des secteurs. Parmi les principales raisons évoquées, les prix qui restent élevés dans le neuf. Une hausse même modérée a un impact négatif immédiat sur la demande. Le prix de vente moyen en 2017 au niveau national progresse de 1,8% par rapport à 2016, témoignant de la tension sur l’offre de logements. Il s’établit en France à 4133 €/m2 (3796 €/m2 en régions et 4870 €/m2 en Ile-de-France). Si cette évolution marque de fortes disparités locales, elle traduit une tendance de fond: les prix des logements neufs augmentent quasiment partout (voir notre infographie ci-dessous).


Etre en phase avec le pouvoir d’achat

Dans ce contexte de hausse de prix, la production de logement plus «abordable» est une nécessité pour de nombreux professionnels de la promotion privée. «Il faut vendre du logement accessible, à des prix plus attractifs pour les classes moyennes qui ont besoin de se loger», prévient la présidente de la FPI. Interrogé au Club Immo, Nordine Hachemi, président de Kaufman et Broad est catégorique: «Il est fondamental de maintenir des prix raisonnables pour pouvoir être en phase avec le pouvoir d’achat des clients».

Afin d’y parvenir, il faut selon lui, mettre à disposition des terrains avec moins de pression sur les prix. «Plus il y aura de foncier disponible, plus les prix de foncier seront raisonnables, ce qui est aussi l’intérêt des propriétaires. Ensuite, il faut réguler les recours abusifs aux permis de construire et stopper l’inflation des normes qui pèsent sur la construction. Si la volonté est là, la mise en œuvre est encore lointaine», regrette-t-il. Pour Alexandra François-Cuxac, le futur projet de loi logement va, a priori, dans le bon sens mais manque d’ambition. «Le choc d’offre va être compliqué, les coûts des travaux ne baisseront pas, les coûts des terrains non plus. Pour inverser la tendance, il ne reste plus qu’à revoir la fiscalité sur le logement neuf qui est la plus élevée d’Europe!», espère-t-elle en guise de proposition.

Retour aux actualités